Des BCBG aux BéCéBranchées : le guide de survie, dans une tribu urbaine

Je passe beacoup (trop) de temps dans ma voiture en ce moment. Je dois avouer que les embouteillages sont un opportunité d’écouter certaines émissions radio dont une m’a particulièrement intéréssée « Goûts de Luxe »sur BFM et plus précisément l’interview de Laure de Charette, co-auteure de BCbranchés, The Guide, éd l’Archipel. Je connaissais l’acronyme BCBG, BéCéBranchés non.

En 2 mots, les BC Branchés est la tribu célèbrissisme des BCBG, reliftée au goût des années 2000, BéCéBranchés.

Selon Amazon  « Aristos ou juste de bonne famille, fauchés ou  » pétés de thunes « , ils habitent aussi bien le XIIe arrondissement de Paris que le 9-4, se retrouvent entre eux au Club Med comme autrefois au Mouleau ou aux Portes-en-Ré, ont jeté aux orties tailleurs pastel, mocassins à glands et pulls jacquard… Qui sont ces BCBG du troisième millénaire ? Les bécébranchés ! On peut s’embourgeoiser, apprendre les bonnes manières, virer nouveau riche ou fin de race, se retrouver désargenté… mais on ne se bécébranchise pas. On l’est ou on ne l’est pas. Ce guide décrit leurs tribus chics, avec humour et mordant Allez-vous les reconnaître ? Allez-vous vous reconnaître ? » Laure de Charette les connais bien, elle en fait partie, elle est née dans ce milieu qu’elle passe au scalpel.

BCBG ou BéCéBranchées il y en a toujours une dans les soirées auxquelles je suis conviée. L’interview de Laure de Charette m’a permis prendre du recul,  et de vous livrer le récit ces phénomènes qui viennent régulièrement animer (il faut savoir rester correcte) mes soirées amicales (merci les copains) ou de networking.

HubEEEEEEEEEEEEERT! ou mon immersion 2 heures 18 minutes et 37 secondes au sein de la bourgeoisie Versaillaise

Il y a des jours comme ça où votre intuition signale un danger, un ennui certain lorsque vous partez à une soirée amico-networking. Carole, une amie, m’avais envoyé des SMS pour me rappeler que le diner avait bien lieu ce soir dans le 11ème arrondissement de Paris.Pas d’échappatoire, je suis attendue. Et comment! Les présentations faites, je amuse à écouter les conversations des convives : au choix, le boulot, les gamins, et …. les maris. Sur le trio j’ai un boulot …OUF. Après m’avoir courtoisement interrogée sur mon activité professionnelle, me voici donc la spectatrice d’un Rolland Garros verbal version Bjorn Borg – John Mc Enroe. Le débit est lent, parfois s’accélère, la maîtresse de maison joue le rôle d’arbitre et accorde des points à celle qui a … (finalement, je ne connais pas la règle d’attribution des points, l’aléatoire souriant me semble être le plus probable). Puis la conversation s’oriente vers le sujet le moins croustillant de la soirée : les maris. Lorsqu’Armelle a prononcé le nom de son mari : HubEEEEEEEEEEEEEErt ! J’ai immédiatement compris la raison pour laquelle il travaillait 15 heures par jour. A ce moment là, j’ai su que les minutes seraient des heures.

HubEEEEEEEEErt a des problèmes avec son ex-femme: elle refuse de divorcer. (Je vous livre la conclusion des 1h05). Ce qui veut dire qu’Armelle ne peut l’épouser. Traduction: vivre un péché mortel, au regard de la religion et du compte bancaire. Car l’ex d’HubEEEEEEEErt a refusé la pension (généreuse) proposée par HubEEEEEEErt, et que l’ex d’HubEEEEEEErt a beacoup changé avec les années, et que les enfants d’HubEEEEEEEEEErt, et que son patron vient de s’apercevoir que son poste, à elle ….. et qu’HubEEEEEEEEEErt est bien courgeux …. et moi aussi car je suis tellement fatiguée que je me étonnée de l’heure avancée  pour un trajet particulièrement long pour rentrer à la maison. Quatre battement de cils plus tard, me voila donc partie avec Carole qui sur le chemin me regarde dans les yeux en me demandant si j’ai passé un agréable soirée. Je vous laisse deviner la réponse.

RodrIIIIIIIIIIIIIIIgue ou le meilleur pour la fin du début du commencement

Marie-Catherine, c’est avant tout une voix aigue, rythmée par un débit digne d’un Eminem, apprêtée de LA tenue de la BCBG type lorsque qu’un voisin indique, soirée décontractée : basket blanches, jean repassé , polo avec pull sur les épaules. Bijoux discret et au cas où : un carré Hermes. Je ne m’attache au parfum, vous le connaissez déjà. Tout de suite elle m’a intriguée. Pourquoi?  A dire vrai, je ne sais pas si elle imitait Michel Serrault dans la cage aux folles ou si Michel Serrault l’a rencontrée un jour, observé pour interpréter l’un de ses rôles mémorables. Mémorable, oui, fut le long monologue que nous tous subîmes dès que le nom RodrIIIIIIIgue fut prononcé.

Tout comme HubEEEEEEEErt, RodrIIIIIIIIgue a des problèmes. Des problèmes de santé : RodrIIIIIIgue est diabétique et épilectique. A part ça c’est un amour, il est attentif, toujours là lorsque Marie-Catherine a besoin de lui. Quand il part faire ses affaires, pas de nouvelles. Dès qu’il rentre à la maison, il est toujours à l’affut de la moindre humeur et sait la combler. Parfois, il a des crises d’épilepsie. Il part en arrière, se raidit et puis plus rien. « Quand sa langue pend et qu’il ne bouge plus, ça fait rire les enfants » (ce fut mon 1er doute). Puis, Marie-Catherine annonce avec une tonalité digne de la Castafiore (sur ce coup là, le ryhtme à la Eminem a laissé place à une envolée lyrique) : « vous savez, j’AIme MON RodrIIIIIIIgue ». Une telle déclaration devant des inconnues. Je regarde l’air étonnée une de mes voisines (les hommes ont compris tout de suite et sont tous partis en courant vers le bar :-). Devant mon sourcillement, mon aimable voisine, Isabelle, debout droite comme un « I », l’air (j’ai dit l’air) presque  décontractée, (« j’espère que les enfants ne font pas de bétises » a ponctué à chaque respiration prise par Marie-Catherine), se rapproche délicatement de mon oreille droite pour me faire LA révélation de la soirée : « ah, oui, il faut que je vous dise;  RodrIIIIIIIIgue est un chien.  Un teckel, qui a … » Je suis allée au bar prendre un verre.

Dans mon prochain billet, la suite avec ma rencontre avec une BCBG génération Y ou BCBranchée ou les meilleures soupes sont faites dans les vieux pôt

Les prénoms des personnes et les lieux ont été changés.

Poto Mitan

About Poto Mitan

Sandrine Joseph is a digital communications, social medias strategist and practionner. She is also a Diversity advocate. She is the editor of PotoMitan blog that promotes women in corporations.

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Icon-83.5@2x

POTO-MITAN BY SANDRINE JOSEPH 

contact@poto-mitan.com

Politique de confidentialité

© copyright 2020 Poto-mitan