Ce que le débat sur le mariage pour tous a changé

February 2, 2013 4:38 pm

Avant lire cet article, il me semble indispensable au lecteur de lire le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe aussi connu sous l’appellation “loi” en faveur du “mariage pour tous”.

En France, il faut reconnaître que les femmes sont les leaders des changements sociétaux. En 2013, l’histoire retiendra le discours (et les âneries clamées haut de fort qui l’ont précédé et suivi), l’intervention remarquable de Christiane Taubira. Un discours qui a marqué les esprits par la puissance de son oratrice, un contenu compréhensible par le commun des mortel, et enfin des arguments qui sont tombés telle la guillotine sur les langues bien pendues de détracteurs du projet de loi.

 

Les vives réactions générées par le projet loi ont suscité des prises de position les plus extrêmes (souvent homophobes) pas sans rappeler le contexte du discours de Simone Veil (1974 – cliquez sur la photo pour voir la video), alors Ministre de la Santé à l’Assemblée Nationale pour défendre son projet de loi relatif à l’interruption volontaire de grossesse. Ce discours avait également marqué les esprits. Le contexte conservateur de l’époque et les propos machistes de certains députés, la volonté de madame Veil ont apporté une liberté aux couples de choisir le moment d’avoir ou non un enfant en d’en assumer la charge.

J’avais lu avec grand intérêt l’ouvrage “Les hommes aussi s’en souviennent” (Editions Stock) de Simone Veil suivi d’un entretien très intéressant avec Annick Cojean qui détaille avec précision le contexte de violences verbales au sein de l’Assemblée Nationale qui n’est pas sans rappeler les arguments et la teneur des propos (trop souvent homophobes) tenus par certains élus du peuple en décembre et janvier derniers.

Je parle de Simone Veil, parce que le projet de loi de madame Taubira inclut l’adoption (pas PMA). Cependant, la procréation médicalement assistée est regulièrement revenue dans les arguments des opposants.

 

Simone Veil - Projet de loi relatif à l'interruption volontaire de grossesse

Source : Assemblée Nationale

 

 

Les auditions de la commission des lois a eu la charge de recueillir les témoignages des chercheurs et citoyens concernés par le mariage pour tous et l’adoption par les couples homosexuels. Au cours de son intervention, sans détours Elisabeth Badinter a expliqué son choix : “Oui pour le mariage pour tous”. A noter sa reprise de tous les arguments des opposants et ses réponses sont pleines de sens. Près de 40 ans après la loi sur l’avortement les mêmes arguments, portés par les mêmes individus issus de regroupements conservateurs (représentants religieux, élus), ou encore citoyens se disant les garants de l’ordre, de la morale et des valeurs familiales. En quoi, deux personnes qui s’aiment et souhaitent fonder un foyer en bénéficiant des mêmes structures juridiques que les couples hétérosexuels mettent en danger les fondements de la République?

 

Le pire est venu à mon grand désarroi d’un député ultramarin – le député Bruno Nestor Azérot qui ose parler de risque de rupture du pacte républicain et évoque le sort des esclaves Noirs pour argumenter sa position contre le mariage pour tous. L’article de Libération reprend les interventions du Député et surtout la réponse sans faille de Madame le Garde des Sceaux. Je sature d’entendre les ultramarins évoquer à tout propos le passé colonial pour se justifier et pire faire reculer la société antillaise. Je pèse mes mots. Les Antilles ne découvrent pas l’existence des familles composées de parents de même sexe. Il est évident que le contexte culturel est fortement marqué par la religion. Est-ce pour autant qu’il faille créer un système juridique à deux vitesses dont se plaignent régulièrement les élus ultramarins? Pourquoi sur cette question en particulier reviennent-ils sur un combat d’égalité de traitement de tous les français devant la loi ?

Le code Noir a établi les modes de fonctionnement de la traite des noirs dans les Antilles Françaises. Comme le rappelle Christiane Taubira, le mariage entre deux esclaves ne pouvait exister, car les esclaves n’étaient pas considérés comme des personnes de plein droit. Il semblerait que certains aspects contextuels aient échappé au député Azérot. Quand ce dernier craint la rupture du pacte républicain … je reste pantois devant tant de certitudes (je reste correcte). La Garde des Sceaux indique calmement : “Les esclaves ont détruit le système esclavagiste au nom des libertés individuelles” par conséquent il ne saut il y avoir de rupture du pacte républicain entre la métropole et l’outre-mer au titre de ces mêmes libertés individuelles.

Le discours de clôture de la seconde journée du débat sur la loi “le mariage pour tous” et surtout la réponse au député Azérot (les 9 dernières minutes de la vidéo ci-dessous)

Je souligne également les interventions des députés de tous courants politiques qui ont également soutenu ce projet de loi, dont le 1er article a été voté avec une écrasante majorité le 1er février 2013.

La constance et le courage de Madame Taubira, sa conviction et sa force en font une potomitan – une femme pilier, qui n’a ni plié, ni rompu, mais au contraire consolidé sa position de leader politique qui défend des idées.

La liberté d’expression des pro ‘mariage pour tous’ comme des opposants à ce dernier a été respectée. Tous se sont exprimés. Les manifestations ont eu lieu. Je ne suis pas de ceux qui ont l’habitude de manifester, mais quel sentiment de fierté ai-je eu en marchant sur la Bastille parmi ces familles, ces femmes et hommes de tous ages, ces enfants rassemblés et heureux d’être là pour défendre un idéal, celui de l’égalité, de la liberté et de la fraternité.

Maniasfestation du 27 janvier - Mariage pour tous - en route vers la bastille - Credit photo The Celinette

Oui Madame Taubira, je suis fière de ce que vous faites pour la société Française.

Ce débat sur le mariage pour tous a provoqué un changement de fond dans la politique. La tentative grotesque de députés de l’opposition de mettre en péril le projet de loi en évoquant une circulaire sur la PMA, diffusée en prentendument en catimini, montre bien qu’il y a désormais une rupture entamée entre la politique spectacle telle que nous l’avons connue ces dernières années, avec des efforts sur-humains réalisés par celui ou celle qui ferait le plus de buzz; à la nécessaire construction d’un discours, argumenté, illustré, qui parle de manière simple aux français et qui, par ce principe les invite à réfléchir et à se forger une opinion. A être des citoyens … actifs.

 

 

 

 

One Response to “Ce que le débat sur le mariage pour tous a changé”


Leave a Reply