Lecture théâtrale


“Je vous écris comme je vous aime” : une nouvelle version de la lecture théâtralisée le 26 juin 2011 à 16.00 à Paris

“Gabrielle, Emilie. Deux femmes que tout sépare. Elles se rencontrent. S’éblouissent. Doivent se quitter. Mais de ce moment éphémère s’est noué un lien insensé qui les pousse à échanger des lettres à n’en plus finir pour abolir l’espace, le temps, l’oubli et la douleur du manque. C’est l’écriture d’une passion nourrie de la passion de l’écriture.” Elisabeth Brami Je vous écris comme je vous aime (ed. Calmann-Lévy, 2006)

En septembre 2009, un première représentation de la lecture théâtralisée d’extraits du roman d’Elisabeth Brami “Je vous écris comme je vous aime” avait été donnée, en présence de l’auteure Elisabeth Brami.  La vidéo de la rencontre à quelques minutes de la représentation avait également été publié sur Dailymotion.

Rencontre entre Elisabeth Brami et Béatrice Scarfogliero en septembre 2009

 

Depuis, l’initiatrice de ce projet – Béatrice Scarfogliero – s’est replongée dans ce roman épistolaire pour concevoir une nouvelle mise en scène. Elle en parle avec spontanéité sur la page Facebook dédiée à la lecture : ““deux nouvelles partenaires ! de la flûte traversière de la danse contemporaine ! et j’ai composé la musique spécialement pour ces magnifiques lettres…!”.

Une nouvelle mise en scène donc et 2 nouvelles comédiennes. Béatrice Scarfogliero qui, à l’origine interprétait rôle d’Émilie a confié le rôle à Marie Nicomette. Elle interprète le rôle de Gabrielle. Camille Gonnet la seconde nouvelle comédienne, assure les narrations, joue de la flute traversière et danse. Ci-dessous une photo du trio.

“Je vous écris comme je vous aime” : une nouvelle version de la lecture théâtralisée le 26 juin 2011 à 16.00 à Paris

Sur le choix du lieu Béatrice Scarfogliero se livre toujours sur Facebook ” La Vénus Noire, c’est l’ancien Caveau de la Bolée, un lieu magnifique chargé d’histoire … Verlaine, Baudelaire, Rimbaud … y refaisaient le monde ! C’est donc avec beaucoup d’émotion … et de plaisir que nous vous y convions!”