Posts Tagged ‘“sandrine joseph”’

Au cours d’une cérémonie placée sous le haut patronage de la Présidence de la République et du Ministère chargée de l’Outre-Mer, Le CASODOM – Comité d’Action Sociale en faveur des Originaires des Départements d’Outre-Mer en métropole a récompensé 18 jeunes ultramarins aux parcours d’excellence, et 12 talents confirmés.

Le CASODOM?

Association de la loi 1901, fondée en 1956, le Comité d’action sociale en faveur des originaires des départements d’outre-mer en métropole (Casodom) a été reconnu d’utilité publique en janvier 1973. Georges Dorion, le président de l’association a rappelé l’ambition du CASODOM : “Rendre visibles les profils d’excellence de jeunes originaires de l’Outre-mer formés en métropole, et promouvoir des exemples de réussite de citoyens qui ne sont jamais mis en lumière”.

Les prochaines étapes :

Recevoir ce prix de Talent confirmé des Outre-Mer pendant “2011 année de l’Outre-Mer” est un grand honneur qui à mon sens implique des devoirs. Le premier est sans doute de mettre au service du réseau des talents d’Outre-Mer mon savroi-faire en réseau professionnel pour en faire plus qu’un annuaire un lobby, une communauté d’élite au service du plus grand nombre.

La 4ème promotion des Talents Outre-Mer au complet dans l’hémicycle du Conseil Économique et Social Environnemental, place d’Iéna à Paris

Sandrine joseph cérémonie CASODOM TALENTS OUTRE MER 2011

Je viens de recevoir mon prix

Sandrine Joseph CASODOM TALENTS OUTRE MER 2011

Crédit Photo : Alfred Jocksan

La couverture média mentionnant mon nom :

Dans tout l’outre-mer

Mon 11 septembre 2001

September 11, 2011 12:05 pm

Pourquoi écrire sur le 11 septembre 2011? Pour revivre un sentiment commun que je n’ai plus vécu depuis 10 ans. Un rassemblement d’individus et individualités autour d’un drame. Nous savons tous où nous étions et ce que nous faisions le 11 septembre. C’est la première fois que j’écris sur cette journée qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

Le 11 septembre 2011 était une belle journée ensoleillée à Paris. Je travaillais au sein de la division internationales sur les développement du haut débit (fixe, mobile, internet) en m’appuyant sur les meilleurs experts. C’est tout naturellement que nous programmons une visioconférence avec les collègues du bureau de New york que nous avions fait lever au petit matin pour échanger sur l’écosystème américain.

On se quitte sur nos habituelles plaisanteries et retour au bureau à Montparnasse. Nous débriefons de notre réunion lorsqu’un coup de fil nous apprend la terrible nouvelle : des avions ont percuté les Twin Towers et un autre près du Pentagone. Incrédules nous pensons à Orson Welles. Mais plus nous nous rapprochons de la Tour Montparnasse où nos bureaux étaient localisés, plus une terreur intérieure nous envahit : et si c’était vrai ?

A l’époque c’est Yahoo! et Bousorama qui nous permettait d’avoir des nouvelles en live : pas de twitter, ni de Youtube, Dailymotion. Il faillait croiser les infos web avec la radio et les images télévisées. Et là devant les images, plus de doute : il nous faut appeler nos collègues de New York.  Le téléphone sonne, personne ne répond, la tonalité occupé. Nous sommes désormais dans la Tour la plus haute de Paris : l’angoisse mêlée de ce sentiment d’incrédulité  pour nos propres vies nous gagne. Il faut partir, regagner nos domiciles.

Le plus difficile sera sans doute le lendemain : pas de nouvelles de nos collègues. Je vais en voiture au travail. Je regarde au loin la Tour Montparnasse et ne cesse de revoir ces avions percuter le World trade Center. Au pied de l’immeuble deux groupes de personnes attendent : les agents de sécurité devant fouiller les véhicules et les journalistes en quête d’histoires de sensations pour leur éditions du lendemain. Enfin les ascenseurs : des visages anonymes croisés jours après jours, je croise désormais des visages animés par la tristesse, l’inquiétude. Dans la tragédie du World Trade Center nous (les groupes et entreprises présentes dans la Tour Montparnasse) avons tous perdu des collègues. L’indifférence et les attitude robotisées propres aux centres d’affaires, laissent place à un deuil commun. Si nous avons perdu des amis, des collègues dans l’attentat du 11 septembre, nous avons retrouvé humanité et compassion pour des personnes inconnues jusqu’alors.

Même si les images des avions heurtant les Tours sont clairement dans ma mémoire, le souvenir le plus terrifiant restera à jamais le bruit sourd des corps des occupants du World Trade Center tomber derrière le journaliste en reportage devant les tours. Pas d’image des corps dépecés, uniquement ce bruit effroyable de vies qui s’éteignent en heurtant le sol.

Les collègues avec lesquels nous avions discuté ont pu être contactés 5 jours plus tard, par contre 3 autres ont été tués, vaporisés dans l’effondrement de d’acier, de béton.

Un an plus tard, le 11 septembre 2002, j’organise un séminaire en Espagne avec les meilleurs ingénieurs du Groupe : les choses ont changé. Je garderai à vie le visage de cette jeune femme ingénieur Jordanienne venue en Espagne échanger avec des collègues à l’aéroport. A la remise de son passeport écrit en arabe et en alphabet occidental,  la réaction est sans équivoque du personnel de l’aéroport : mise à part et fouille poussée. A l’arrivée ses bagages ont été envoyés par accident en Allemagne. Ce n’est qu’à la fin de son séjour que retrouvera son bagage, elle montera en dernier dans l’avion pour Paris avant de retrouver Aman.

Je ne sais comment terminer cet article car l’après 11 septembre dure toujours. Barack Obama célèbrera le courage de tous, et inaugurera le mémorial aux victimes de l’attentat qui aura sans doute le plus marqué le monde occidental.

J’ai regardé avec intérêt une série de documentaires sur New York sur Arte : de l’histoire de New York au 17ème siècle à l’attentat du 11 septembre sans oublier le New York 3.0 d’aujourd’hui.

J’ai rencontré Deborah Cherenfant, venue en Europe depuis le Canada,  à la fin du printemps à Paris, de notre rencontre dans un lieu typiquement parisien du 15ème arrondissement, elle en a fait un bel article pour son blog Mots D’elles, dédié à la réussite des femmes en affaires.

Pour savoir comment développer la compétence chance : voir l’article sur Poto Mitan

Sur son blog j’ai pu lire d’intéressantes interviews de femmes déterminées, et à la réussite ‘so inspiring’ !